Logo blanc La ReF media

Féminisme | Genre | Égalité des sexes

Une plateforme de référence pour s’informer
en toute bienveillance

Violences dans le couple
Quelles violences dans le couple ?

Mise en garde : cette fiche parle de violences entre partenaires (mariés ou non) et sa lecture peut être difficile. Elle se concentre sur les couples hétérosexuels dû à l’accessibilité des données.

Dans l’imaginaire collectif, les violences dans le couple (ou violences conjugales) sont avant tout physiques. Elles sont les plus médiatisées, comme l’illustre l’affaire du député Adrien Quatennens. D’autres formes de violences existent pourtant, moins évidentes à percevoir et à pénaliser et dont les conséquences peuvent être aussi (voire plus) graves.

Sommaire

📊 Les chiffres clés

  • Chiffres non exhaustifs : de nombreuses violences restent sous silence, donc non comptabilisées (moins d’1 victime de violences conjugales sur 4 a porté plainte, selon l’enquête GENESE).

  • L’augmentation des taux de violences est à mettre en perspective avec le contexte de libération et de meilleure considération de la parole des victimes.

0

victimes de violences conjugales enregistrées par les services de sécurité en 2021 : 

  • soit +21% de victimes entre 2020 et 2021
  • 87% des victimes sont des femmes
0 %

des violences enregistrées sont des violences physiques, 30% des violences verbales ou psychologiques, 4% des violences sexuelles

0

femmes décédées suite à des violences conjuguales (et 21 hommes).

En France, 1 femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son (ex)-partenaire (tous les 17 jours pour un homme).

Source : Étude nationale sur les morts violentes au sein du couple 2021, Ministère de l’intérieur et des Outre-mer

Selon l’enquête GENESE 2021, qui interroge les vécus et opinions en matière de sécurité :

  • 1 femme sur 6 déclare avoir été victime de violences physiques ou sexuelles par un partenaire au moins une fois depuis l’âge de 15 ans – 1/18 pour les hommes ;
  • 27% des femmes disent avoir subi au moins une fois depuis l’âge de 15 ans des violences psychologiques (contrôle, harcèlement, menaces) par leur partenaire – 19% pour les hommes.
  •  

👀 Par ici l’explication

La violence est une force exercée par une personne ou un groupe de personnes pour soumettre, contraindre quelqu'un ou pour obtenir quelque chose.

On distingue plusieurs formes de violences au sein du couple :

💼 Les violences administratives consistent à confisquer ou détruire des documents administratifs (carte d’identité, permis, carte de sécurité sociale…). La personne se retrouve dans une situation de vulnérabilité, est bloquée pour obtenir des prestations sociales/sanitaires ou dans ses demandes de droits, ne peut être autonome et sans renouvellement de titre de séjour, peut être amenée à quitter le territoire français. Ces violences concernent surtout les femmes d’origine étrangère.

💰 Les violences économiques se traduisent par un contrôle ou une privation des ressources financières de la personne victime, un contrôle de ses dépenses, par le fait de lui interdire ou l’empêcher de travailler… dans le but de réduire son autonomie et la maintenir dans une dépendance financière.

💭 Les violences psychologiques sont insidieuses : propos méprisants, humiliations répétées, dévalorisation, harcèlement, isolement de l’entourage, jalousie excessive, contrôle des déplacements, chantage affectif… La personne qui les subit perd en estime et en confiance en elle, devient fragile émotionnellement, peut plonger dans un état dépressif ou suicidaire. Il peut s’agir d’emprise psychologique, un processus de manipulation mentale désormais bien connu des services juridiques et médicaux.

🗣 Les violences verbales prennent la forme de menaces, insultes, interruptions de la parole de l’autre, silences, sarcasmes, intimidations… qui ont pour conséquences de déstabiliser, contrôler, humilier, détruire l’autre.

🤜 Les violences physiques se caractérisent par des gestes violents qui peuvent aller du coup de poing sur la table à la destruction d’un mobilier ou de la bousculade/gifle au féminicide (le meurtre d’une femme / fille en raison de son sexe). Laissant des traces, ces violences sont plus faciles à identifier et à comptabiliser. Elles sont rarement isolées et sont souvent accompagnées d’injures, de menaces, d’intimidation…

🙅‍♀‍ Les violences sexuelles conjugales sont souvent cachées car taboues, peu exprimées. Elles incluent le harcèlement sexuel, l’exploitation sexuelle, les attouchements sexuels sans consentement, le viol conjugal… Ces actes peuvent être commis par une manipulation affective, surprise, contrainte, chantage, menace, violence physique.

Remarque : les victimes de ces violences sont majoritairement des femmes, et certaines d’entre elles sont plus à risque (situation de handicap, communauté LGBTQIA+, immigrantes, minorités ethnoculturelles…). L’intersectionnalité consiste à prendre en compte le cumul / croisement de différentes discriminations et/ou violences pour un même individu.

🔎 Plus concrètement

Connaissez-vous le violentomètre ? Outil né en Amérique latine et repris en France en 2018, il aide à mesurer la violence dans le couple. Conçu initialement pour les jeunes femmes, son emploi est valable à tout âge, pour hommes et femmes.

🆘 Vous êtes victime ou témoin de violences, appelez le 3919 (violences femmes infos), le 119 (enfance en danger), ou le 17 (police nationale). Fiche SOS à venir.

💃 Ça bouge par ici !

En matière de lutte contre les violences conjugales, l’Espagne (oui, encore !) fait office de référence en Europe. Les féminicides ont baissé de 35% entre 2003 et 2021, passant de 71 à 48 par an. Comment ?

  • Des tribunaux spécialisés en violence de genre, depuis 2004 : sur les 3 500 tribunaux du pays, 107 traitent exclusivement les affaires de violences conjugales.
  • De la formation : pour les juges des tribunaux spéciaux, pour plus de 300 policiers.
  • Du budget : en 2017, 1 milliard d’euros sur 5 ans a été débloqué par le gouvernement.

Résultats : + de plaintes déposées, des délais d’instruction + courts, des procès organisés + vite, + de mesures d’éloignement prononcées.

Et en France, où en est-on ? Des outils renforcés mais des résultats peu visibles sous le premier quinquennat Macron.

🎮 T’as la ref ? | Le quizz RED FLAG 🚩 ou NON ? 

🗣 C’est votre avis

Ces commentaires sont tirés des sondages qui ont lieu régulièrement sur notre compte Insta.

Et vous, comment pensez-vous que l’addition devrait être payée lors du 1e date ?

Je propose de partager l’addition en 2, et si j’ai passé un super moment alors je paye le verre !

_lecoupdepouce_

Pour moi le 50/50 s’impose naturellement mais si j’ai envie d’inviter je fais et vice versa

enelelz

Une fois un une fois ‘l’autre ou coupée en deux

jade_diouri

la personne qui a proposé le date si on veut faire un cadeau sinon on partage

axelleaex

💭 Instant BD

🥽 D’autres refs à aller checker

J’ai 15 minutes :

J’ai plus de temps :

Merci à celles et ceux qui ont répondu au sondage sur Instagram pour partager leurs avis,
et merci à nos super graphistes
Naël pour la bannière, et Morgane pour la bande dessinée !

Cet article vous a plu ?
Vous pouvez nous soutenir en laissant un Tip ! MERCI !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, vous pouvez laisser un commentaire.x