Logo blanc La ReF media

Féminisme | Genre | Égalité des sexes

Une plateforme de référence pour s’informer
en toute bienveillance

Premier date : qui paie l'addition ?
Premier date : qui paie l’addition ?

Si traditionnellement c’était aux hommes d’inviter leur partenaire lors du premier rendez-vous, le féminisme est venu bousculer les codes. Pas toujours évident de savoir quelle attitude adopter quand l’heure de l’addition arrive… si ?

NB : Cette fiche se concentre sur les couples hétéros, car très peu de données ont été trouvées pour d’autres configurations de couple.

Sommaire

📊 Les chiffres clés

0 %

des hommes (et 38% des femmes) considèrent qu’il est normal que l’homme paie l’addition au premier rendez-vous

Source : Rapport sur l’état du sexisme en France, HCE, 2023

0 %

des femmes se font inviter lors d’un premier rendez-vous amoureux (43% partagent l’addition, 4% paient elles-mêmes l’addition)

Source : »Pourquoi les Françaises ne font pas le premier pas ?”, Ifop, 2021

0 %

des femmes préfèrent, de manière générale, que ce soient plutôt les hommes qui fassent le premier pas dans la séduction

Source : Rapport sur l’état du sexisme en France, HCE, 2023

👀 Par ici l’explication

D’où vient l’idée que c’est à l’homme de payer le premier date ?

  • Le pouvoir économique : Depuis l’Antiquité, le patriarcat imprègne les sociétés (fiche à venir) : les hommes, en tant que pères de famille, doivent subvenir aux besoins financiers de leur famille tandis que les femmes prennent la charge du travail domestique. Historiquement, ils ont davantage accès au travail rémunéré et aux sphères de pouvoir, notamment économique.

  • L’attache aux traditions : selon les principes de galanterie, définie dans le dictionnaire universel de Furetière (1690) comme “l’attache qu’on a à courtiser les Dames”, il est de coutume que les hommes invitent leur partenaire. Encore aujourd’hui, la galanterie comme valeur est parfois transmise par l’éducation.

  • L’argent comme facteur de séduction : le fait d’offrir peut être une forme d’expression de ses sentiments mais aussi une manière de susciter une réponse de sa partenaire, conférant à l’argent une valeur symbolique (selon l’étude de Belk et Coon, 1993).

« Les femmes sont socialisées à accepter une invitation et pas nécessairement à initier un rapport sexuel ou à inviter les hommes à sortir. Et c’est l’inverse chez les hommes : ils sont socialisés à inviter les femmes et, même si c’est un peu vieillot, à payer pour le date. »

Cela a-t-il du sens aujourd’hui ?

  • Aujourd’hui, femmes et hommes participent à peu près autant au marché du travail, (68,2% des femmes contre 75,8% d’hommes, 2018) et bien que l’écart salarial persiste (-24% pour les femmes, tous temps de travail et poste confondus), argent et travail ne sont plus des domaines réservés aux hommes.
  • Le principe de galanterie est remis en question par le féminisme, un homme peut craindre d’être perçu comme sexiste (s’il joue la carte de la galanterie) ou comme grossier (s’il joue la carte de l’égalité).

  • Pour les hommes, l’injonction à inviter lors du premier date peut être vécue comme une pression financière, et pour les femmes, refuser de se faire inviter peut entraîner une crainte de vexer

  • Payer met celui ou celle qui invite dans une position de pouvoir. En 1985, l’anthropologue Mauss parle des règles implicites du don :
    • d’une part la personne invitée peut difficilement choisir ce qu’elle souhaiterait se voir offrir,
    • d’autre part, il peut être attendu d’elle un “contre-don” générant un sentiment de redevabilité. Aujourd’hui, on pourrait parler de “dette sexuelle” pour désigner l’idée d’être “redevable sexuellement” une fois un cadeau accepté car on pense que c’est le comportement attendu.

  • À l’inverse, pour certaines féministes, il semble plus normal d’attendre des hommes qu’ils paient l’addition compte-tenu du coût supplémentaire qui incombe aux femmes sur le marché de la séduction (épilation, coiffeur, sous-vêtements, contraception… un total d’environ 65€ à 130€ mensuels supplémentaires – pas de chiffres sûrs). Choix personnel ou normes patriarcales : le débat reste ouvert ! (fiche à venir)

Que les hommes paient la note lors d’un premier date ne va donc plus de soi de nos jours. Malgré tout, les chiffres montrent qu’ils prennent majoritairement en charge ce coût. Cette contradiction illustre le fait que les rapports hommes-femmes actuels sont faits d’un « savant dosage entre égalité et codes de séduction plus traditionnels » (selon la chercheuse et sociologue Caroline Henchoz).

🔎 Plus concrètement

Au-delà de l’argument de la galanterie, voici différentes logiques possibles pour savoir comment trancher la note.

    • 🍿“J’invite, je paie” : La personne qui propose le rendez-vous choisit le lieu (pour que la carte soit alignée avec son porte-monnaie) et paie l’addition pour les deux.

    • 🍻Chacun son tour : “Une fois toi, une fois moi”, ou même pour une tournée au sein d’une même soirée !

    • ⚖️50/50 : Vous pouvez choisir en amont un lieu dont les prix vous conviennent à tous les deux, et partager l’addition à parts égales.

    • 💰Le plus gros salaire invite : Si la personne qui a le plus de ressources souhaite assumer la note pour les deux, vous pouvez ouvrir une discussion sur le sujet (l’argent ne devrait pas être tabou!).

    • 📊Au prorata des ressources (c’est à dire proportionnellement à ce que chacun gagne) : plus compliqué à calculer pour un 1e rendez-vous peut-être ! Mais selon cette logique, si vous gagnez 2x plus que l’autre, alors vous prenez en charge à peu près ⅔ de la note. Retour aux maths… Attention toutefois à s’assurer que le standing de l’établissement choisi convienne à chacun.

    • 🍏Chacun sa pomme : “Les bons comptes font les bons amis”. À la fin du rencard, il est possible de diviser la note en fonction de ce que chacun/ chacune a pris.

Tips du quotidien : Trop tiré par les cheveux, pas naturel ? Le spontané peut avoir des limites pour certaines personnes, la gestion de l’argent pouvant être très révélatrice d’une personnalité. Parfois, ça tombe très bien : l’un préfère payer, l’autre qu’on lui paie. Le mieux, c’est encore d’en discuter à deux, en amont et/ou pendant ce premier date !

💃 Ça bouge par ici !

Depuis quelques jours et jusqu’au 27 août 2023, le Musée du domaine royal de Marly accueille l’exposition “Séduction et pouvoir. L’art de s’apprêter à la cour”, pour comprendre la construction des apparences et des rapports de séduction des XVIIe et XVIIIe siècle. Pour en savoir +

🎮 T’as la ref ? | Le quizz VRAI ou FAUX ? 

🗣 C’est votre avis

Ces commentaires sont tirés des sondages qui ont lieu régulièrement sur notre compte Insta.

Et vous, comment pensez-vous que l’addition devrait être payée lors du premier date ?

Je propose de partager l’addition en 2, et si j’ai passé un super moment alors je paye le verre !

_lecoupdepouce_

Pour moi le 50/50 s’impose naturellement mais si j’ai envie d’inviter je fais et vice versa

enelelz

Une fois un une fois ‘l’autre ou coupée en deux

jade_diouri

la personne qui a proposé le date si on veut faire un cadeau sinon on partage

axelleaex

💭 Instant BD

🥽 D’autres refs à aller checker

J’ai 5 minutes :

J’ai + de temps :

  • livre Réinventer l’amour, Mona Chollet
  • livre Le couple et l’argent, Titiou Lecoq

Merci à celles et ceux qui ont répondu au sondage sur Instagram pour partager leurs avis,
et merci à nos super graphistes
Naël pour la bande dessinée, et Morgane pour la bannière !

Cet article vous a plu ?
Vous pouvez nous soutenir en laissant un Tip ! MERCI !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, vous pouvez laisser un commentaire.x