Logo blanc La ReF media

Féminisme | Genre | Égalité des sexes

Une plateforme de référence pour s’informer
en toute bienveillance

Cher connard

Fiche technique

Auteur / Autrice :
Date : 17/08/2022
Nombre de pages : 352
Genre(s) :
Édition(s) : Grasset
Thème(s) : , ,

6.5

Résumé

Rebecca a dépassé la cinquantaine, elle est actrice, elle est toujours aussi séduisante. Oscar a quarante-trois ans, il est un auteur un peu connu, il écoute du rap en essayant d’écrire un nouveau livre. Ils sont des transfuges de classe que la bourgeoisie n’épate guère. Ils ont l’un comme l’autre grandi et vieilli dans la culture de l’artiste défoncé tourmenté et sont experts en polytoxicomanie, mais pressentent qu’il faudrait changer leurs habitudes. Zoé n’a pas trente ans, elle est féministe, elle ne veut ni oublier ni pardonner, elle ne veut pas se protéger, elle ne veut pas aller bien. Elle est accro aux réseaux sociaux – ça lui prend tout son temps. Ces trois-là ne sont pas fiables. Ils ont de grandes gueules et sont vulnérables, jusqu’à ce que l’amitié leur tombe dessus et les oblige à baisser les armes.

Quel lien avec le féminisme / le genre ?

Ce roman parle directement de féminisme : dénonciation post #MeToo, cyberharcèlement, harcèlement sexuel au travail, place des hommes dans la société, militantisme, lesbianisme, relations…

Attention SPOIL 

L’avis de la rédac

Honnêtement, la lecture du titre m’a laissé penser que ce roman était une lettre ouverte virulente de Virginie Despentes à la gente masculine pour dénoncer la masculinité toxique de notre société. J’ai été très surprise de constater que bien qu’il en parle, ce roman est plein de nuances, de zones grises et invite à l’empathie avec tous les personnages, tout en condamnant les attitudes condamnables. 

Ce roman épistolaire s’ouvre par un message très hargneux et cruel d’Oscar, laissé sur les réseaux de Rebecca, une actrice cinquantenaire, qui prend le temps de lui répondre en l’incendiant. S’ouvre alors une correspondance entre Oscar, cet auteur relativement connu, et Rebecca, qu’il admet connaître depuis qu’ils sont jeunes. Leur relation évolue au fil des lettres, tous deux partageant leur quotidien au détour de souvenirs d’enfance.

Oscar est pris dans la tourmente car une féministe qui travaillait pour lui dans sa maison d’édition l’accuse de harcèlement sexuel. Ce roman pointe du doigt l’innocence sincère de cet homme aux prises de l’alcool et de drogues, qui a en effet commis des actes très condamnables auprès de la jeune Zoé Katana. On découvre son absence totale d’empathie, sa position victimaire et son ressenti d’injustice, sa difficulté à admettre sa responsabilité dans cette affaire et sa hargne face à toutes les personnes qui ne prennent pas sa défense. De l’autre côté, on découvre les messages de Zoé laissés sur son blog, qui décrit le harcèlement qu’elle a subi, la drague insistante, les messages intempestifs, les remarques sexistes, les agressions sexuelles… Elle raconte ses peurs, ses pleurs, ses angoisses d’aller travailler, son malaise constant pendant des mois. 

Grâce à ses échanges avec Rebecca, et grâce à ses réunions aux Narcotiques anonymes, Oscar découvre peu à peu l’empathie, s’intéresse aux autres, et comprend le mal qu’il a fait. Ses excuses ne suffiront pour autant pas à effacer les séquelles profondes de Zoé.

Je ne peux pas revenir sur tous les passages très intéressants de ce livre mais je le recommande chaudement, il met des mots sur plein de phénomènes de société grâce au franc-parler des personnages et le format épistolaire permet l’introspection nécessaire à une compréhension profonde des différents personnages. La plume de l’autrice peint avec sincérité les pensées sombres de chacun et chacune, au-delà du politiquement correct. 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Morgane, fondatrice de la ReF
Le 15 février 2024

Dans le même genre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.